CRITIQUE LE DERNIER JOUR
D'UN CONDAMNÉ
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

LE DERNIER JOUR D'UN CONDAMNÉ
 

L’HUMANITÉ :
Le spectacle touche juste, accordé qu’il est à cette admonestation du député Hugo à l’Assemblée Nationale : ”Partout où la peine de mort est prodiguée, la barbarie domine”. Alain Leclerc, mis en scène par Jean-Marc Doron, l’interprète avec un métier, une force et une conviction assurée.

RADIO FRANCE :
Magistral ! Alain Leclerc de chair et de sang dans une sublime démonstration que la peine de mort est tout sauf une rédemption.

VAR MATIN :
Alain Leclerc a l’envergure du rôle, n’en doutons pas. Son interprétation tout en finesse est magnifique et a suscité le vocable de géant parmi les spectateurs... Du superbe travail.
LA NOUVELLE REPUBLIQUE :
Un siècle et demi après, le texte de V. Hugo est plus présent que jamais.
La mise en scène de J.-M. Doron, d’une extrême acuité, le rend encore plus palpable, plus proche de notre quotidien. Quant à Alain Leclerc, dans sa défroque cellulaire, il est tout simplement prodigieux.
LA VOIX DU NORD :
Jean-Marc Doron, dans sa mise en scène, souhaitait mettre à nu les états d'âme du héros de Hugo. Alain Leclerc, chemise et pantalon élimés, habité, hanté et visage fou les sert de façon remarquable. Bouleversant.
AGENDA CULTUREL DU CAIRE :
Adaptant le texte du Dernier jour d’un condamné en un monologue saisissant, Jean-Marc Doron
et Alain Leclerc exploitent une nouvelle dimension de l’œuvre d’Hugo.
Pour la force et la poésie du texte, un spectacle à ne pas manquer.
LE PARISIEN :
Adapter Hugo n'est pas chose facile. Le théâtre dans la nuit a pourtant réussi à en faire un des monologues les plus prisé du festival off 97.