DRAMATURGIE
LA VIE À EN MOURIR
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

LA VIE À EN MOURIR - DRAMATURGIE
 

Nous avons voulu, pour enlever le côté fastidieux, style lecture, qu’aurait pu occasionner les documents en notre possession trouver des situations possibles de ”réception” de ces lettres.
Sans vouloir à tout prix reconstituer l’ambiance réelle ou encore, ce qui aurait presque été de l'indécence, nous attacher à la personnalité effective des personnes qui ont reçu ces lettres nous avons cherché des situations "possibles”.
Dans ces années troubles de conflit et d’occupation, ou les vies de ces personnes engagées dans la guerre de l’ombre étaient sans cesse menacées par la trahison, la délation ou l’impitoyable chasse faite par la Gestapo, il restait autour d'elles des familles apeurées, inquiètes et désespérément courageuses.

C’est autour des émotions de ces dernières que nous avons conçu la dramaturgie de notre spectacle.

Dans des situations diverses de lieu, de temps et dans des milieux sociaux parfois bien différents, tous ont reçu un triste jour, cette terrible lettre, la dernière, de l'être cher. Cette lettre qu’aucun d’entre eux ne voulait recevoir, ils l’ont pourtant tous ouverte et lue puis relue comme jamais plus ils ne liront une autre missive.
Ces lettres sont devenues des reliques sacrées, des preuves de vie, des modèles de courage.
Dans celles-ci tous disaient leur sérénité devant la mort, leur confiance dans une vie meilleure à venir, la justesse du combat de résistance contre la barbarie nazie et enfin, tous, leur espérance en l’homme de demain.

Nous découvrirons donc ces lettres dans des lieux, des espaces, des temps tous très différents. Parfois lues par un père, une sœur, un frère ou parfois même un étranger... Nous verrons comment les sentiments peuvent être partagés, multipliés ou, hélas parfois si tristement bafoués.